Et à l’est du Massif armoricain ? L’exemple du Paléolithique moyen de la Vallée de la Vègre

Yoann Chantreau – UMR 6566 CReAAH

La rivière Sarthe draine des terrains à l’interface entre le Bassin parisien et le Massif armoricain et constitue le candidat idéal pour la définition d’un cadre chronostratigraphique pour le Paléolithique inférieur et moyen en domaine continental pour le Grand Ouest, par l’ampleur des alluvions déposées et l’importance de matières premières disponibles sur les plateaux et les versants crayeux ou calcaires pour les Préhistoriques. L’étude des nappes alluviales de la Sarthe a fait l’objet d’un doctorat soutenu en 2011 en s’appuyant sur une méthodologie basée à la fois sur le terrain avec la cartographie des formations et les relevés stratigraphiques des alluvions, mais également par la recherche bibliographiques de données de forages et d’études géotechniques.

La définition du système de la Sarthe moyenne formé de 8 à 9 nappes alluviales étagées rend compte d’un modèle morphosédimentaire cyclique à commande climatique liée aux stades isotopiques. L’incision (passage d’une nappe à la suivante) a lieu en fin d’interglaciaire, ou au début glaciaire, probablement dans un environnement à saisons constatées. La partie inférieure de la sédimentation (grave sableuse) indique un milieu de dépôt fluviatile de haute énergie, en tresses, avec des barres sablo-graveleuses et des chenaux instables. L’évolution vers une sédimentation presqu’exclusivement sableuse se fait par l’intermédiaire de montilles, similaires à celles de la Loire, visibles en photographies aériennes et constituant un héritage du dernier Pléniglaciaire ou du Tardiglaciaire, avec un milieu de dépôts mixte, fluvio-éolien, et des chenaux relativement pérennes. La sédimentation d’interglaciaire paraît très discrète et doit représenter en volume une part infime de l’ensemble des alluvions de la Sarthe qui contiennent parfois des vestiges lithiques en stratigraphie, mais presque toujours patinés ou roulés dans la grave sableuse (en position secondaire).

En 2012, la découverte en stratigraphie d’occupations du Paléolithique moyen à la Mercerie-Beauregard, sur la commune de Fontenay sur Vègre a permis de mettre au jour une séquence pléistocène en contexte de plateau sur un substrat formé par des sables du cénomanien. La grande densité de gisements de surface est liée ici à la présence de silex du Bajocien (chailles) mais la l’identification d’une séquence sédimentaire pléistocène bien développée a été une surprise, notamment si on se réfère à la faible épaisseur de la couverture éolienne dans ce secteur. Le diagnostic (INRAP) a mis en évidence la présence d’un vallon ou talweg comblé en s’appuyant sur les cotes du toit du Cénomanien. La fouille préventive (INRAP) qui a suivi, revêt un caractère inédit pour cette période dans l’Ouest et s’est appuyée sur des moyens mécaniques importants. Le relevé de grandes coupes stratigraphiques sur une épaisseur maximale de près de 3 m et celui de logs à plus petite échelle a permis de restituer les variations sédimentaires à haute résolution.

L’étude pédo-sédimentaire (granulométrie et micromorphologie) montre que la formation du talweg semble liée à des phénomènes thermokarstiques, possiblement par le démantèlement de fentes de gel sur le substrat des sables rouges du Cénomanien. Cette érosion aurait ainsi favorisée la dissection du plateau, par le creusement de vallons qui ont contribué à transférer la charge sédimentaire produite vers le système fluviatile. Le comblement progressif, débuté certainement dès la Pléistocène moyen est d’abord sableux, puis limoneux et correspond au remaniement d’un stock éolien probablement accumulé entre-temps sur les plateaux. La micromorphologie montre bien le caractère colluviale de l’ensemble de la séquence mais avec l’existence de véritables sols interstratifiés, notamment des sols bruns lessivés de rang interglaciaire. Les occupations humaines s’inscrivent dans la phase ultime du comblement au sein de deux unités stratigraphiques distinctes où des processus post-dépositionnels sont fortement envisageables (ruissellement, solifluxion). Les datations effectuées par thermoluminescence sur silex chauffés entre 110 000 et 70 000 ans confirment la présence d’au moins deux occupations à la fin de l’éémien et au début du Weichsélien.

Pour citer ce billet : Yoann Chantreau « Et à l’est du Massif armoricain ? L’exemple du Paléolithique moyen de la Vallée de la Vègre », Les Séminaires archéologiques de l’Ouest, mis en ligne le 28/03/2017, https://archeo.hypotheses.org/233.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *