La vallée de l’Erve (Mayenne) durant le Dernier Maximum Glaciaire : occupation humaine et paléoenvironnement

Stéphan Hinguant. INRAP Bretagne – UMR 6566 CReAAH

Le Solutréen est sans doute la période du Paléolithique supérieur la plus paradoxale, à la fois emblématique et pourtant si méconnue. Dans ses grandes lignes, il se singularise par sa faible extension géographique, strictement limitée à la France et à la péninsule ibérique, par sa chronologie courte ne couvrant qu’à peine trois millénaires et par ses fameux « fossiles directeurs » que sont les pointes à face plane, les « feuilles de laurier » et les pointes à cran. Si ce tableau quelque peu simpliste cache en réalité bien des questions, il est vrai qu’aucune autre entité chrono-culturelle, aucun autre techno-complexe du Paléolithique supérieur ne peut se résumer aussi succinctement. Si l’on s’en tient au seul territoire de la France actuelle, le nombre de sites, toutes fonctions confondues (habitat, atelier, halte, grotte ornée…) est également très révélateur : moins d’une centaine de points s’égrène sur la carte, à comparer aux milliers de références pour l’Aurignacien, le Gravettien et le Magdalénien. Alors le Solutréen français, parenthèse perdue dans la foisonnante chronologie du Paléolithique supérieur ou véritable exception culturelle ?

Illustrant fort à propos le constat, la grotte Rochefort et plus largement l’ensemble des sites en grottes de la vallée de l’Erve (Mayenne), témoignent d’occupations solutréennes aux confins septentrionaux de l’aire d’extension du techno-complexe. Ils traduisent l’adaptation de ces groupes humains aux rudes conditions qui prévalaient durant le Dernier Maximum Glaciaire au nord de la Loire, les vestiges mis au jour montrant clairement la présence de véritables habitats, pérennes ou saisonniers, et pas de simples haltes ou incursions de chasseurs. n’en pas douter, malgré les contraintes climatiques et environnementales, les solutréens ont chercher à étendre leur territoire vers le nord. Ils ont parcouru des terres inhospitalières et sans doute connu des aléas dans l’accès aux ressources, parfois vitales. Dans ce milieu périglaciaire, l’environnement végétal devait déjà différer de celui qui existait dans le Centre et le Sud-Ouest de la France. Sur le Massif armoricain, l’absence des habituelles matières lithiques siliceuses exploitées pour la confection des outils est aussi un facteur contraignant. Pourtant, les hommes se sont adaptés, ont tirés parti des ressources animales prédominantes notamment les hardes de rennes et troupeaux de chevaux, ont cherchés des roches de substitution au silex, comme ces extraordinaires grès lustrés dont ils tireront leurs équipements lithiques. La présence de coquillages ou de fossiles de mammifères marins laisse entendre qu’ils ont même poussé leur pérégrination jusqu’au littoral atlantique voire dans les territoires septentrionaux du fleuve Manche. Les occupations solutréennes de la vallée de l’Erve témoignent par ailleurs des préoccupations artistiques des habitants ; art pariétal, plaquettes gravées, os incisés… relèvent de gestes qui dépassent les simples activités cynégétiques des haltes de chasseurs et suggèrent des occupations longues voire pérennes.

C’est bien de cette singularité dont il est question lorsqu’on évoque le Solutréen de la vallée de l’Erve et cette communication se propose de faire le point sur les acquis et les perspectives du programme de recherche en cours. Un point sera par ailleurs évoqué, celui de la présence potentielle d’occupations antérieures au Pléistocène supérieur dans la vallée de l’Erve.

Grotte Rochefort. Couche solutréenne. « Feuilles de laurier », n° 1 grès lustré ; n° 2, meulière (© R. Colleter et S. Hinguant).

Pour citer ce billet : Stéphan Hinguant « La vallée de l’Erve (Mayenne) durant le Dernier Maximum Glaciaire : occupation humaine et paléoenvironnement», Les Séminaires archéologiques de l’Ouest, mis en ligne le 21/03/2017, https://archeo.hypotheses.org/221.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *