Nouvelles recherches sur le site paléolithique de Roc-en-Pail (Chalonnes-sur-Loire, Maine-et-Loire)

Sylvain Soriano. Directeur de recherche CNRSUMR 7041 Archéologies et Sciences de l’Antiquité, équipe AnTET

Découvert fortuitement en 1870/1871 dans le cadre de l’exploitation d’une carrière de calcaire alimentant des fours à chaux, le site de Roc-en-Pail a très tôt attiré l’attention des préhistoriens de la région (Farge, 1872 ; Davy, 1895 ; Biaille, 1904) et l’occupation du site est dès lors attribuée au « Type du Moustier », qu’ont décrit Lartet et Christy quelques années plus tôt dans les abris et grottes de Dordogne (Lartet et Christy, 1875). Il faudra pourtant attendre le milieu du 20e siècle pour que des recherches plus systématiques soient entreprises par le Dr. Michel Gruet, figure de l’archéologie préhistorique en Maine-et-Loire (Siraudeau et al., 1998). Après quelques prospections à la fin des années 1930, ses fouilles débutent en 1943 et se poursuivent jusqu’à 1956. Une dernière campagne se tient en 1969 afin de présenter le site lors d’une excursion de l’INQUA. En dépit de l’imposante collection constituée lors de ces fouilles – plus de 30 000 objets, faune et industrie -, les publications concernant Roc-en-Pail restent peu nombreuses et soit préliminaires, soit très synthétiques (Gruet, 1945, 1947, 1950, 1958, 1969, 1984). L’étude des industries lithiques est restée très succincte (Gruet, 1976). Nos connaissances du contexte des occupations sont un peu plus étoffées (Marquet, 1980 ; Roucoules, 1967) en particulier par la thèse de palynologie de Lionel Visset (1980) qui a éclairé le contexte environnemental des occupations.

Dans l’état actuel des connaissances, Roc-en-Pail est un site de plein-air dont les multiples occupations paléolithiques (Paléolithique moyen et, dans une moindre mesure, supérieur) sont préservées dans des dépôts accumulés au pied du versant d’un coteau calcaire, ce dernier ayant totalement disparu au cours du 19e siècle du fait de la carrière ouverte pour alimenter des fours à chaux. La chronologie des dépôts est entièrement hypothétique mais certaines couches archéologiques ont été rapportées par le Dr. Gruet à des faciès moustériens (dont le Moustérien de type Quina) dont la chronologie est désormais connue dans le Sud-Ouest de la France. L’essentiel des occupations prend possiblement place entre le Début glaciaire weichsélien et le Pléniglaciaire supérieur. Avec des faunes et microfaunes possiblement conservées dans toutes les couches archéologiques, et une stratigraphie qui se développe sur presque 5 mètres d’épaisseur, Roc-en-Pail présente un potentiel majeur pour la connaissance du Paléolithique moyen.

La reprise des travaux de terrain, en parallèle de l’étude des collections issues de la fouille Gruet dont celle des restes humains, s’inscrit dans une interrogation sur l’interface culturelle entre les blocs méridionaux et septentrionaux du peuplement néandertalien de la façade atlantique. Implanté sur la bordure du Massif armoricain, sur un substrat primaire, Roc-en-Pail occupe ainsi une position marginale, tant géographiquement, entre les bassins parisien et aquitain, que culturellement, avec par exemple l’implantation la plus au Nord des moustériens de type Quina. Nos objectifs sont donc en premier lieu chrono-culturels : individualiser les unités archéologiques, les caractériser sur le plan de la culture matérielle et de la subsistance, les inscrire dans une chronologie absolue et un contexte paléo-environnemental.

Précédés par l’étude des deux carnets de fouille du Dr. Gruet, les sondages effectués en 2014, ont permis de retrouver partiellement les limites des fouilles anciennes et d’élaborer un projet de fouille triennal qui a débuté en 2016. La richesse du site s’est rapidement confirmée : la faune est conservée dans toutes les couches archéologiques, accompagnée d’une abondante microfaune. Sans surprise, la stratigraphie est apparue bien plus complexe que les relevés et descriptions du Dr. Gruet ne le laissaient supposer. La géométrie de la partie supérieure des dépôts, leur nature et les observations géomorphologiques suggèrent une dynamique de type dépôts de versant.

Parmi les unités stratigraphiques repères, déjà mentionnée par Gruet, figure une épaisse couche dont l’industrie est attribuée sans ambiguïté au Moustérien de type Quina, associé à une riche faune dominée par le Renne. Après cet épisode, se succèdent plusieurs unités archéologiques encore difficiles à caractériser, dont une livrant une industrie à débitage discoïde et denticulés, qui doivent s’inscrire, pour les plus récentes, dans les derniers moments du Moustérien. Les couches plus anciennes, juste effleurées, présentent quant à elles des éléments de débitage Levallois et une faune où les bovidés apparaissent nombreux.

La poursuite des recherches devrait éclairer la stratigraphie, la chronologie et la nature des occupations du site de Roc-en-Pail et ouvrir sur le peuplement du Centre-Ouest au Paléolithique moyen.

Pour citer ce billet : Sylvain Soriano « Nouvelles recherches sur le site paléolithique de Roc-en-Pail (Chalonnes-sur-Loire, Maine-et-Loire) », Les Séminaires archéologiques de l’Ouest, mis en ligne le 14/03/2017, https://archeo.hypotheses.org/181

.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *